alt

"J'ai toujours le sentiment que la toile ou la feuille cache ce que je vais en révéler. J'utilise le rouleau. Comme si au lieu d'ajouter la couleur au support, , le rouleau en soulevait le film de virginité et, par magie , spontanément, en faisait apparaître son contenu" 

alt

 

 

Chez  GIULIANI ,  les personnages de ses tableaux doivent tenir compte de l’espace et de l’environnement où ils se trouvent.

Par conséquent  on les  découvre dans des positions excentriques  tout en bas, ou  à côté, ou presque en dehors du tableau; rarement ils sont au centre, là, où  normalement il nous arrive de  les voir même dans des tableaux d’autres peintres contemporains.

C’est comme si  ses  sujets  devaient prendre leur position par rapport à un monde que ne leur laisse pas trop de place et donc  pas trop de choix de vivre.

Il y a aussi chez GIULIANI la volonté de créer un monde à soi, et voilà des paysages renversés ou vus par réflexion,  ou simplement inexistants.

Dans un tel environnement fantastique, créé ou imaginé, il semble  que ses personnages se trouvent enfin libres et heureux.

Car, comme il le confesse: "La vie réelle fait mal. il n'y aura jamais de bonheur que dans l'imagination et dans la création."


Est-ce sa vision  de la condition humaine avec ses paradoxes, ses contradictions, sa solitude, son incapacité à communiquer ou à habiter des univers positifs ?

 

Marie Manfredonia, Galerie Rubens, Bruxelles